Sarcelles Val-d’Oise : quand la plomberie suscite les bonnes questions

chauffage-programme

Le boom du bricolage peut-il freiner les activités du professionnel en dépannage sanitaire? Cette tendance semble réelle en région parisienne. Cette commune limitrophe de Paris abrite des artisans plombiers chevronnés qui émettent quelques inquiétudes quant à l’avenir de leur métier. Certaines situations leur donne raison.

Ce qui inquiète en plomberie

Les artisans plombiers inquiets pointent du doigt les agissements des escrocs. Ils bâclent les réparations, pratiquent des tarifs au rabais et enseignent des techniques de dépannage inquiétants aux clients. Le principal danger est cette pratique de tarifs rabaissés, qui ne correspondent pas aux normes et à la TVA payée par les artisans. En effet, la plomberie au noir ne paye aucune taxe, contrairement aux travailleurs formels où ce dernier s’élève à 20 % de la prestation. En plus de ça, ils travaillent avec un minimum de rigueur durant les travaux, ce qui entraine les clients dans une spirale infernale, les forçant à chercher un nouvel artisan pour des soucis de plus en plus récurrents. A cette époque ou la réduction des gaspillages est plus que nécessaire, le travail d’un plombier méticuleux devrait être très demandé.

Solutions proposées

Cet artisan du Val-d’Oise estime qu’il faut formaliser les travailleurs du bâtiment afin d’assimiler de nouvelles capacités. En effet, un grand nombre de ces travailleurs possèdent un talent phénoménal en termes de réparation. Ils ont le sens du déplacement à travers toute la région et travaillent dans les meilleurs conditions, car ils assurent les réparations urgentes, donc, profitent d’une situation favorable. En effet, le client est plus ouvert aux propositions quand il est dans ce genre de situation problématique. Et il y en a qui en profitent plus que d’autres.

Perspectives envisagées

Avec quelques mesures bien faites, les professionnels peuvent facilement mettre en place des programmes d’insertion des artisans informels. En vue de combiner les forces et le savoir-faire, il vaudrait mieux s’atteler à cette tâche. Toujours afin de mener à bien une transition énergétique grâce aux mesures de restriction des gaspillages, on se doit d’encourager les artisans à être plus rigoureux durant la phase installation sanitaire et durant les réparations. L’avenir de la planète est en jeu dans cette histoire.

Be the first to comment on "Sarcelles Val-d’Oise : quand la plomberie suscite les bonnes questions"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.